fbpx
Saulius Kulvietis

À la rencontre de Saulius Kulvietis

Arrivé à Dijon ce samedi soir et présent sur le banc aux côtés de ses nouveaux coéquipiers samedi soir à Bourg-en-Bresse, Saulius vient renforcer le secteur intérieur de la JDA Dijon Basket. À l’aube de ses débuts sous ses nouvelles couleurs, partons à la découverte de ce Lituanien que nous avons déjà croisé la saison dernière en Champions League.

 

Saulius, peux-tu nous en dire plus sur toi, pour te présenter ?

Je m’appelle Saulius Kulvietis (prononciation « Sauleusse »), et je suis né à Kaunas. Je suis marié et j’ai une sœur qui elle a 22 ans. J’ai commencé de pratiquer le basket à 7 ans et j’ai signé mon premier contrat professionnel à 18 ans. J’ai fait un peu de natation avant, mais le basket est le sport national en Lituanie : tout le monde joue à ce sport et c’est donc tout naturellement que j’ai persévéré pour progresser dans ce milieu. On dit chez nous qu’il y a 3 millions de Lituaniens, et que 90% jouent ou joueront au basket. Ça vous donne une idée !

 

Tu étais sur le banc samedi soir à Bourg. Quelles sont tes premières impressions sur l’équipe dijonnaise ?

Les gars ont une détermination sans pareille ! On a vu dans leurs yeux qu’ils avaient l’ambition de faire un coup à Bourg, que chaque ballon était précieux pour les joueurs : le mode guerrier était activé côté JDA. En plus, j’ai ressenti que les mecs prenaient un véritable plaisir sur le terrain, à jouer en équipe, à défendre, à faire circuler le ballon et ça pour moi c’est le plus important. C’est ce que j’ai appris depuis tout petit, que de jouer en prenant du plaisir n’est pas contraire aux ambitions du haut niveau.

Les gars proposent un basket avec beaucoup d’intensité. En Lituanie, on joue moins vite, on met moins de pression défensive, hormis chez les 4 meilleures équipes du championnat, mais ça ne m’effraie pas du tout de rentrer dans ce moule. Je vais me focaliser à 200% sur les premiers entraînements pour me familiariser aux plans du coach. Comme dans le basket espagnol que j’ai connu une saison, ça court beaucoup et je devrai vite retrouver ce style de jeu.

 

Tu as croisé la route de la JDA Dijon la saison dernière, sous les couleurs de Lietkabelis. Quel souvenir gardes-tu de notre équipe ?

J’ai uniquement joué en Lituanie, car j’étais blessé lors du match à Dijon. Je me souviens très bien d’Axel, de David, d’Abdoulaye, d’Alexandre et de Jérémy. C’était dur de jouer contre eux, car en Lituanie, on peut passer le ballon facilement, alors que Dijon mettait beaucoup de pression et nous avait déstabilisés avec ce pressing. À Dijon, j’étais quand même venu et j’avais profité de la salle de musculation au sous-sol du palais des sports pour garder un peu la forme.. Je connais les recoins du Palais des Sports de Dijon (rires) !

 

 

Tu étais sans contrat sur ce début de saison. As-tu pu t’entraîner pour garder du rythme et une bonne forme, pour être prêt à jouer dès maintenant ?

Absolument ! Depuis le 1er septembre, je m’entraînais avec l’équipe professionnelle de première division de Prienai – à 45 kilomètres de Kaunas – là où j’ai joué en 2016. Ils m’ont fait une proposition pour que je signe chez eux en début de saison, mais j’ai refusé, car je voulais retrouver un basket plus fort, d’un autre niveau que celui de Lituanie. Les gens me disaient « mais pourquoi tu ne veux pas jouer alors que tu es prêt ? » et je répondais que oui, j’étais prêt à jouer, mais que je voulais me réserver pour le challenge que je recherchais, celui que j’ai trouvé ici à Dijon.

 

Le basket lituanien est connu pour être une très bonne école du basket. Que penses-tu pouvoir apporter à ta nouvelle équipe ?

J’espère notamment pouvoir apporter de la taille et du shoot extérieur. Autant d’adresse qu’on eu les gars à Bourg, ce serait l’idéal ! J’aime cette forme de basket, d’avoir du mouvement pour trouver des tirs ouverts. Je sais que ça défend très dur et je suis complètement prêt à me fondre dans ce jeu. J’ai un QI basket que je souhaite mettre au service de l’équipe, en étant tout le temps à 100%.

 

Prêt à jouer dès samedi face à Limoges, devant les supporters dijonnais ?

Je suis prêt, oui ! J’ai hâte de commencer, avec un match à la maison très important. Je me souviens du public dijonnais et je suis content d’être cette fois-ci de leur côté. Avec une victoire au bout, ce serait un début idéal !